Le quatrain d'avertissement en latin.

Ce quatrain qui est le seul en latin m'a beaucoup intrigué,
d'abord a cause de ses accents,
ensuite a cause de son contenu
et enfin a cause de ses variantes.

Comment aurait pu, un Astrologue du roi,
écrire de cette façon à l'encontre des autres Astrologues ?
D'autant plus qu'il s'agit de l'humble Michel de Nostredame.
Legis cautio /legis cantio, naturé/maturé, attrectato/attrestato …
il y en a trop de variantes
sans observer qu'il est parfois le quatrain VI.100 et autres fois sans numéro.

Eh, bien ! Je viens de trouver la réponse
dans la Bibliothèque d'Asklépios du Dr. Lucien de Luca
(http://www.chez.com/asklepios/crinitus/Liber_25.htm) :

CRINITUS Petrus [Pietro Riccio, 1465-1505]
- Commentarii de honesta disciplina -

Voilà un texte latin de 1504 finissant par les lignes suivantes (Chapitre 25) :

Legis cautio contra ineptos criticos :

" Quoi legent hosce libros mature censunto,
Profanum volgus et inscium ne attrectato ;
Omneisque legulei, blenni, barbari procul sunto.
Qui aliter faxit, is rite sacer esto ".

#################################################

Auctoris protestatio. Illud in calce operis addimus, Petrum Crinitum in his commentariis nihil omnino approbare, nisi quod a Romana tantum ecclesia decretum atque assertum fuerit ; ne quis maiore audacia quam iudicio ad maledicendum atque obtrectandum rapiatur.

Je suis soulagé :
on a une preuve que Nostredame n'est pas l'auteur de ce fameux quatrain en latin !

Aurait-il eu besoin d'emprunter à Crinitus ce quatrain ?
Bien-sûr que non, il a fait par ailleurs la preuve de ses capacités d'en composer.

S'il avait eu l'intention d'inclure un avertissement,
il l'aurait composé lui-même dans la langue de l'ouvrage,
car pour le comprendre,
les Blenni et les Barbari devraient d'abord apprendre le latin !

Intéressant maintenant,
serait de voir s'il existe des éditions sans ce quatrain,
ce qui viendraient confirmer ainsi mon hypothèse
d'un ajout ultérieur de celui-ci dans le "corpus nostradamique". retour